L’Érable n’a pas dit son dernier mot!

Par Mary Claude Savoie

Malgré une légère baisse de sa population en 2015 (0,48 %)*, la MRC de L’Érable fera-t-elle mentir les statistiques par rapport à sa décroissance démographique? Princeville et Notre-Dame-de-Lourdes présentent des hausses de leur population alors que les neuf autres municipalités demeurent dans le négatif.

Selon des prédictions de l’Institut de la statistique du Québec, la région de L’Érable pourrait même connaître une décroissance estimée à 6,4 % entre 2006 et 2031.

Pourtant, si on retourne en arrière, depuis 2010, les chiffres ont connu des soubresauts, mais demeurent tout de même à la hausse passant de 23 247, en 2010, à 23 511, en 2016.

L’Érable n’a pas dit son dernier mot!
C’est donc dire que la baisse anticipée est inférieure par rapport aux prévisions. Pas question de s’asseoir sur ses lauriers. Cette situation continue de préoccuper hautement les élus. Ce sujet revient régulièrement à la table des discussions. Toutes les municipalités de L’Érable sont d’ailleurs créatives et proactives, à la mesure de leur capacité bien entendu, et sont engagées dans la stratégie ON VISE DANS LE 1000.

Population de la MRC de L'Érable 2010-2016
Année
 Population
 201023 247
 201123 225
 201223 086
 201323 571
 201423 852
 201523 624
 201623 511

Ces données proviennent du Décret de population publié par le ministère des Affaires municipales et Occupation du territoire.

À l’instar de tant de régions du Québec, L’Érable bataille pour atténuer, voire balayer complètement, cette prévision, mais elle n’échappe pas au vieillissement de la population.

Quelques exemples éloquents

À Princeville, le boom de construction résidentielle est spectaculaire dépassant même les objectifs fixés. À Plessisville, les efforts de revitalisation commerciale portent fruits et des chantiers d'importance ont marqué la dernière année. À Laurierville, le retour d’une station d’essence est synonyme de prise en charge collective. À Sainte-Sophie-d’Halifax, à la manière de Saint-Camille avec son P’tit bonheur, Espace Sophia devient un lieu incontournable et rassembleur pour ce village aux paysages distinctifs. À Notre-Dame-de-Lourdes, plusieurs réalisations comme le nouveau centre communautaire et le développement résidentiel en bordure de la rivière la conduit à faire sa place.

À Princeville toujours, La Presse relatait, en août dernier**, que 36 % de la population active travaille dans le secteur manufacturier (qui dit emploi en usine dit généralement un salaire intéressant) classant Princeville au top des villes les plus manufacturières au Québec parmi les villes de même taille.

Des projets économiques qui font foi
de ce désir de développement

Sont mis de l’avant des services aux entreprises, avantageux, gratuits, misant sur le caractère entrepreneurial de la région pour stimuler l’économie et appuyer les entreprises.

Le projet de biomasse pour le chauffage, le plan de développement de la zone agricole (PDZA), la banque de terres sont des exemples qui visent le secteur agroalimentaire.

Une annexion à la Balade gourmande,  la politique d’accueil des nouveaux arrivants, la stratégie ON VISE DANS LE 1000, le positionnement de la région L’Érable Terre de créativité, des expositions successives et gratuites à la galerie du Carrefour de L’Érable, l’accès au parc éolien pour les voyages en groupe, sans compter le soutien accordé aux entreprises en démarrage ou en expansion grâce à des outils financiers, de la formation, de l’accompagnement, du mentorat ou des programmes créés pour répondre à des problématiques précises, bien souvent des relents de la conjoncture, le démontrent.

À cela s’ajoute le soutien de partenaires de premier plan comme le Centre local d’emploi de L’Érable, Place aux jeunes de L’Érable, la SADC Arthabaska-Érable, le FDIA, la Corporation de développement communautaire de L’Érable, les corporations de développement des différentes municipalités, etc.

Même si les données  les plus récentes diffusées en décembre dernier ne sont pas directement proportionnelles aux efforts de développement et de soutien, la MRC de L’Érable n’a pas dit son dernier mot. Elle s’accroche à plusieurs éléments positifs pour éveiller la fierté, le rayonnement et le sentiment d’appartenance des entreprises et de la population envers son territoire et elle entend poursuivre  sans relâche.

D’ailleurs, même si L’Érable demeure une région relativement jeune (1982) et que le défi d’appartenance demeure un enjeu, un grand nombre d’entreprises et d’organismes se l’attribuent fièrement.
 

Projet en cogitation

Un important projet visant le moteur économique du territoire, le secteur manufacturier, est en cours de développement présentement. En collaboration avec tous les leaders des différents secteurs de l'économie, il connaîtra ses premières avancées en 2016. Il s’agit d’un projet de longue haleine qui a pour objectif de faire coévoluer tous les secteurs d’activités et d’apporter de la valeur à la communauté.

À suivre.

* Cette statistique provient du Décret de population pour 2016 - Municipalités locales, arrondissements, villages nordiques et territoires non organisés publié en décembre 2015 par le ministère des Affaires municipales et Occupation du territoire.

L’Institut de la statistique du Québec publiera la Population totale 1996-2015 à compter du 10 février 2016.

** Villes manufacturières du Québec : Granby et Saint-Georges mènent la cadence, par André Dubuc, La Presse, août 2015.

0 commentaire